Forum de La Septième Legion, guilde orientée RP et PVE sur le serveur privé Nostalgeek.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Antastaroth Galdrial

Aller en bas 
AuteurMessage
Antastaroth

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 14/06/2018
Age : 30
Localisation : Saint Lô

MessageSujet: Antastaroth Galdrial   Ven 22 Juin - 1:39

Nom, prénom : Galdrial (né Kéredan), Antastaroth
Age : la petite trentaine
Sexe : masculin

Race : Humaine
Lieu de naissance : voir plus bas
Statut civil : marié

Etat de santé : très bonne physiquement, catastrophique mentalement.
Taille, poids : 1m73, 67kg


(Omnia Dicunt...)
  AVERTISSEMENT : ce qui suit et est entre crochets [...] est sensé être connu seulement du chef de la légion, des lieutenants et sergents, des MDC, des démonistes (et de Gothar bien sûr). Ce qui est entre étoiles * et italique est la version "officielle"...

  Né au sud-est de la Marche de l’Ouest, dans la misérable fermette Kéredan, Antastaroth vécu néanmoins une enfance heureuse jusqu’à ses 8 ans. Effectivement, sa grand-mère maternelle, Elona Pharzan, née Galdrial, vouait un attachement et une profonde admiration envers son petit-fils, qui très tôt montra des signes de ressemblance avec sa propre personnalité. Elle lui apprit la lecture (à 4 ans il pouvait déjà lire un volume entier de la « Pérégrination en Azeroth » sans avoir besoin d’aide), et découvrit avec joie qu’il partageait son amour de l’art, de l’Histoire, et en particulier de l’antique Azshara ainsi que des Quel'dorei.

  Si Elona possédait autant de livres et de connaissances, c’est qu’elle était loin d’avoir vécu toute sa vie dans cette ferme. Elle naquit à Stormwind dans une famille de la petite bourgeoisie. A 18 ans elle rencontra un fringant armateur, Minicio Pharzan, l’épousa et le rejoignit à Menethil. Très vite, leur fortune grandissant, ils durent déménager pour un port plus important apte à recevoir une grande flotte, et s’installèrent à Theramore. Ils eurent tout d’abord un fils, Améros, puis une fille, Léliora, mère d’Antastaroth. Cette dernière à peine adulte décida de suivre puis épouser un séduisant militaire, Morzan Kéredan, qui malheureusement, après une grave blessure l’amputant de son bras gauche, dut quitter le front et reprendre la ferme familiale alors totalement en ruine. Pour Elona cependant, tout se passait bien, jusqu’à l’expédition de Mincio et d’Améros, qui suivait la voie professionnelle de son père. Ils devaient prendre une cargaison de sel à Gentepression et la livrer à Feathermoon Stronghold en Féralas. On les vit bien à Tanaris, mais jamais plus après. Même s’ils sont probablement morts, nul ne sait exactement ce qu’il leur est arrivé. Elona pu continuer à vivre à Theramore pendant un temps, en revendant navire après navire, et n’eut finalement d’autre choix que de rejoindre sa fille…

  Celle-ci était alors enceinte, et, à la naissance du petit garçon déjà affublé de cheveux cuivrés, Elona imposa le nom d’Antastaroth, c’est-à-dire l’inverse du prénom de son propre grand-père, Astaroth Galdrial, un puissant démoniste tyrannique et sanguinaire. Lorsque l’enfant eu 8 ans, la santé d’Elona déclina subitement. Elle mourut après des semaines d’une éprouvante agonie. On installa son corps sur une barque emplie de paille, mais avant qu’on ait pu y lancer la torche pour l’incinérer, le regard perçant mêlé d’une émotion intense, irrépressible d’Antastaroth déclencha un brasier si puissant que l’on vit la fumé jusqu’à Darkshire. Ses parents le regardèrent tout d’abord médusé, puis la défiance et une pointe de haine put se lire dans leurs yeux. Morzan déclara à sa femme qu’il était bien du sang d’Astaroth et qu’ils auraient dû se méfier de ses cheveux de feux. Ainsi commença les ennuis… *voir bien plus bas pour la version officielle*

  [Dès lors, Léliora se mit à boire de façon déraisonnable. Le peu d’argent que Morzan obtenait en cultivant sa terre aride ne suffisant pas, elle envoya son fils pêcher de 8 heure à 20 heure tout les jours, et tout les jours il devait faire un détour pour vendre le produit de son labeur et acheter les dix bouteilles de rhum quotidienne de sa mère. S’il rentrait avant 23 heure, c’était un jour heureux. La colère grandit en lui… Ayant à peine dépassé les 11 ans, Antastaroth revint un soir avec les bouteilles habituelles, mais il ne signala pas qu’il en avait ôté le contenu pour le remplacer par du rhum explosif. Lorsque sa mère eu fini sa troisième bouteille, il ferma les yeux et imagina, sans trop d’espoir, qu’une étincelle embraserait l’alcool dans les entrailles de sa mère. Un cri si horrible qu’il ne pouvait sembler humain lui fit ouvrir les yeux : Léliora était debout, les bras et les jambes écartés, le visage tourné vers le plafond, et trois colonnes de feux montants au ciel sortaient de sa bouche et des orbites flamboyantes qui abritaient autrefois ses yeux. Dix minutes plus tard, il ne restait rien de Léliora Kéredan. Antastaroth entendu alors une voix étrange, un appel enjôleur venant de nulle part, à la fois clair et éthéré, lui enjoignant d’accepter la voie de son arrière-grand-père et de s’abandonner. Il refusa, ce soir-là du moins.]

  [Evidemment les tensions entre lui et son père furent bien plus fortes par la suite. La pêche était fini, certes, mais il devait maintenant travailler comme un esclave à la ferme, nécessité et vengeance de Morzan. Une fois de plus, la colère s’accumula en Antastaroth. Le mois de juin de l’année de ses 16 ans, le climat était exceptionnellement froid. Cela faisait deux jours et deux nuits que le jeune homme devait sans arrêt allumer des feux entre les plants pour éviter de perdre la récolte annuelle. Fatigué, harassé, son état de nervosité était à son paroxysme. Son père eu la mauvaise idée de lui dire à ce moment précis : « Dépèche toi fainéant ! Décidemment tu n’es bon à rien. Allume les feux ! Vite ! ». Ne se contrôlant plus, Antastaroth leva le bras au ciel et hurla : « Est-ce assez de feu, père ? », et des trombes de flamme s’abattirent sur les champs... et sur son père. Ainsi Morzan Kéredan connu le même destin que son épouse, la seule différence étant que cette fois-ci Antastaroth ne l’avait pas voulu, il tenait malgré tout au dernier membre de sa famille. La voix qu’il avait déjà entendu se manifesta de nouveau, mais plus forte, plus insistante. Et ce qu’il avait refusé cinq ans plus tôt, il l’accepta, ne devinant pas le prix qu’il aurait à payer par la suite.]

  [En effet, le Prince de l’Ombre Sar'malial lui accorda bien le pouvoir démoniaque, mais il s’empara également du corps du pauvre garçon. Cependant, il ne put totalement contrôler l’hôte, de telle manière que durant dix longues années, doté des pouvoirs extraordinairement puissants du démon, mais avec l’esprit nimbé de brume, Antastaroth pilla, tua, massacra tout sur son passage, sans raison ni but, bien loin du plan établi par Sar'malial. Il est impossible de détailler ici la longue liste d’exactions commises (la bibliothèque du Cercle de Férelden n’y suffirait pas !), mais La Marche de l’Ouest et le Bois de la Pénombre furent sans cesse en proie à la dévastation. Pour tenir l’emprise sur Antastaroth, bien qu’imparfaite, le démon devait mobiliser toute ses forces et il arrivait souvent qu’après une longue journée, tard dans la nuit, il soit obligé de relâcher en parti son étreinte. Dans ces occasions, Antastaroth, toujours dans les limbes, se dirigeait machinalement vers la taverne de Darkshire et buvait tout son saoul, seul « héritage » de sa mère.]

  [Et c’est dans cette taverne qu’à 26 ans sa vie prit un grand tournant. Attablé au comptoir, il entendit à travers le brouillard de son esprit un elfe lui parler distinctement, chose qui n’avait jamais été possible en dix ans.
« J’abandonne définitivement Eldre’Thalas et mes pouvoirs pour me rendre en Teldrassil, mais avec toi voici mon dernier acte en tant que Shen’dralar ».
Il lui posa les mains sur le front, récita une incantation incompréhensible aussi bien aux oreilles des humains que des elfes de la nuit. Antastaroth fut sidéré, il avait retrouvé totalement le contrôle de son corps, de toute évidence cet étrange être avait réussi à ôter Sar'malial de son corps. Il lui demanda son nom, et celui-ci répondit assez étrangement qu’il n’avait plus de nom, mais que l’on pouvait l’appeler Athénarès (pour connaître son histoire, attendez qu’il soit guildé ^^ ). En partant de la taverne, il ajouta :
« Je t’ai peut être libéré du démon jeune humain, mais pas de ce qu’il t’a accordé. Démoniste tu resteras. Prends le temps d’apprendre, tu ne retrouveras jamais les pouvoirs que tu possédais et cela est grandement préférable. Renseigne-toi sur l’histoire de mon peuple et tu sauras ce que tu ne dois en aucun cas reproduire. Un dernier avertissement, l’emprise sur toi fut bien trop longue, tu ressentiras toujours beaucoup de colère et il t’arrivera de vouloir faire le mal. Médite… »
Sur ce, il quitta le monde des humains.]

 *Ses chers parents, inquiets des dons que semblait posséder leur fils, décidèrent de l'envoyer chez une lointaine amie de la famille vivant en périphérie de Darkshire, qui maîtrisait parfaitement la pyromancie. Cette étrange petite dame, qu'Antastaroth ne connu jamais que sous le nom de "tante Erzbeth" lui enseigna ses connaissance et lui apprit à contrôler ses pouvoirs. Même si les conditions de vie étaient rudes, la vie du jeune homme fut plus que correcte. Il apprit avec tristesse le destin de ses parents, brûlés vifs dans leur chaumière après que la foudre d'un violent orage s’abattit sur la chaume de la toiture. Après 18 années passées au coté d'Erzbeth, elle estima que son apprenti devait entrer dans le monde, elle-même las de la vie. Le savoir du jeune mage n'était certes pas académique, mais bien suffisant, souvent supérieur en pratique que beaucoup de pyromances sortis d'écoles préstigieuses.*

  [Antastaroth, toujours pragmatique, sut qu’il ne fallait plus jamais qu’il remette les pieds à La Marche de l’Ouest ou au Bois de la pénombre, sa mort était certaine, tous allaient réclamer vengeance.] Il décida donc de suivre les traces de sa grand-mère et s’installa à Stormwind. [Il trouva à l’auberge de l’Agneau assassiné des formateurs pour lui enseigner ses talents magiques.] Il vécut ainsi trois ans dans la capitale, alternant entre cours et métiers (principalement dans la couture et l’enchantement), ces derniers nécessaires à sa survie, bien qu’il fût logé gratuitement à l’auberge [jouissant du statut d’apprenti.] *en échange de menus travaux.* Il profita également de pouvoir aller en personne à l’administration royal pour changer son nom de Kéredan par celui de sa grand-mère Galdrial, ce qui lui fut accordé. A 29 ans, estimant avoir suffisamment [de connaissance] *d'argent* pour affronter le monde, il entreprit, sa chère Elona toujours en tête, de se rendre à Menethil. Il évita soigneusement Ironforge, fuyant le plus possible les contacts sociaux qui le rendait très mal à l’aise. Une fois au port, qu’il jugea décevant, il ne s’attarda que quelques semaines et voulut gagner Theramore. Il y’eut un incident, prit le mauvais quai et arriva à… Auberdine !

  Il fut sous le choc. Loin d’être agacé par cette erreur de destination, Antastaroth s’émerveilla de tout ce qui l’entourait. Enfin le pays des Elfes ! Il en avait croisé de nombreux à Stormwind, mais ne se doutait pas de la beauté naturelle et féerique de leurs terres. L’antiquité l’intéressant par-dessus tout, on lui indiqua les ruines de Mathystra au nord de Sombrerivage. Il y aperçut un beau paladin se battant contre des âmes tourmentées et se joignit à la bataille. Il se présenta au guerrier qui fit de même et se nommait Gothar. [Bien que leurs auras étaient totalement antithétiques,] ils s’associèrent pour combattre le mal efficacement. Très vite ils devinrent amis, puis amants. Ils se marièrent au Temple de Darnassus, les elfes n’ayant aucun préjugé sur des mariages entre hommes (sauf Cristinal Boutuna bien sûr), et aux yeux d’Elune fut consacré *leur union* [l’union de l’Ombre et de la Lumière.]

Après maintes péripéties et voyages en Azeroth, le couple rencontra un lieutenant de la 7ème Légion nommé Sered, et lui demandèrent s'il était possible de joindre leurs rangs au nom de l'Alliance, *ce qui fut accordé promptement*. [Si le cas de Gothar ne posait aucun soucis, il en allait bien différemment pour Antastaroth, ce dernier n'ayant rien caché de son passé. Après une longue réunion de l'état major, il fut décidé qu'il pouvait intégrer la légion, mais qu'il devrait à l'avenir toujours cacher aux autres membres ce qu'il était et avait fait...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Antastaroth Galdrial
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Septième légion :: Section RolePlay :: (RP) - Dossiers personnels-
Sauter vers: